Les trois jeux viriles

C’est un festival et une fête nationale qui célèbre aujourd’hui en Mongolie l’indépendance de la Mongolie par rapport à la Chine. Il a lieu chaque année les 11 et 12 juillet à Oulan-Bator, et se compose des trois sports traditionnels mongols : Le tir à l’arc, la course de chevaux et la lutte mongole. Depuis 1998 leur est adjoint un quatrième jeu : Le jet d’osselets (shagai).

À la suite du Naadam de la capitale, ont lieu au niveau de chaque aïmag et de nombreux sum des Naadam régionaux et locaux.

Le Naadam aurait été fondé en 1207 par Gengis Khan et s’est prolongé pendant toute l’existence de l’Empire Mongol. Ce festival a été restauré en 1921 lors de la Révolution mongole de 1921 qui à amené à l’indépendance officielle de la République populaire mongole en 1924. Naadam compose 3 competences viriles Course de chevaux, Tire a l’arc, la lutte

Course de chevaux

Toutes les courses ont lieu dans la steppe, sur des distances variant entre 15 et 35 km selon les catégories.

Quant aux cavaliers, ils sont à peine plus grands que leur monture : les plus jeunes ont cinq ans et les plus âgés douze ans environ. La compétition est mixte. Au moment du départ, le public, installé sur des estrades, entre en ébullition. Les jockeys, en habit traditionnel, font des rondes, poussent des cris et chantent pour encourager leur monture, puis se placent en ligne.

Tire a l’arc

Cette épreuve est disputé par équipe de 10, hommes et femmes confondus. Chaque archer peut tirer 4 flèches. Le but de l’équipe est de toucher 33 “surs”. Les hommes tirent à une distance de 75 mètres alors que les femmes tirent à une distance de 65 mètres. Traditionnellement les archers portent pendant la compétition leurs vêtements nationaux appelés Deel. Tous les archers portent des bracelets en cuir montant jusqu’au coude afin que leur tenue traditionnelle n’interfère pas avec la corde au moment du tir.

La Lutte

La lutte Mongole est un sport traditionnel national. Elle est considérée comme l’une des “Trois Compétences Viriles”. Les habitants locaux l’appellent la lutte bökh. La lutte est pratiquée pour d’importantes occasions comme des rituels de sacrifices et la Fête de Naadam.
Pendant la compétition, les lutteurs sont vêtus d’un boléro qui ne couvre que le haut du dos, les épaules et les bras et d’une culotte en cuir. Pendant l’épreuve, ils portent également les bottes traditionnelles richement brodées. Obliger l’adversaire à fléchir et lui faire toucher le terrain avec n’importe quelle partie de son corps au dessus de ses genoux.

Inclu la fete de Naadan dans ces voyages

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *